PCT jour 51 – Robin bird Spring (mile 602.1 /km 968)

Publié le par Okus

Comme prévu le soleil nous reveille vers 7h du mat, on fait pas les fiers. Je croyais ne pas être du matin mais a côté de Pyro je m'en sors pas si mal. On deplace le matos a 200m même pas… si on avait poussé une peu hier soir on aurait même pas eu besoin de secasser la tête ce matin, mais bon  on est toujours plus intelligent âpres.

On'installe sous une arbre, on remonte le camps et lezardons la journée. Pyro dort du sommeil du juste moi j’arrive pas a me détendre et trouver le sommeil... vers 17h je commence a avoir des fourmis dans les jambes. 
Pyro n'aime pas la chaleur il me rejoindra plus tard, il speed de gaillard. Les petits coussinets installees avec du tape sur les semelles de mes shoes m’apportent un peu de confort, le paysage aride et brûlélaisse place a une partie plus arborée. C'est fou comme ce pct peut être varié.... on a de la peine a se souvenir de tout.
Dans la partie supérieur de la colline les hautes herbres se plient au gré des rafales de vents. Mon œil est attiré par quelques choses on dirait une tête, une tête noire….mon sang ne fait qu'un tour c'est peut être un ours il y en a dans la région. Petite flipette j'avoue. Je crie je tape mes bâtons et j'entends les pas du fuyard. Ma soirée était loin de terminée...

A la nuit tombée, pas de trace de Pyro, pourtant j'ai ralenti le rythme. Bizarre. Au détour du clairière ma lampe se reflete dans les yeux d'un lynx, j'arrive a apercevoir sa silhouette et sa longue queue poilue. Il me toise du regard !! 
15 minutes plus tard, un putois en ginguette se ballade sur le trail j’attendrais patiemment qu'il veuille bien me laisser passer. 
Autres clairière autre surprise, 2 canidés en fuite âpres leur forfait. L'un d'eux a en effet un lapin dans la gueule. Est-ce que c'était des loups ou des coyotes. Je ne sais pas mais cette soirée commence a me tendre !!!
Plus tard c'est ce qui me semble être un puma qui me fixe du regard, il est de la taille des 2 truands rencontrer plus tôt mais son pelage et sa stature me laisse peu de doute. J'esssye de l’effrayer mais il ne bouge pas… je me tire sans demander les restes,  ça blague pas ce genre de chaton

Âpres toutes ces émotions je decide finalement a planter le camps proche de la seule source d'eau a la ronde. Pyro est derriere il reconnaîtra sans doute ma tente...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article